Carrières dans l'agro-alimentaire en Loir-et-Cher

Focus sur la filière agroalimentaire en Loir-et-Cher : les métiers qui recrutent, les formations, les grands noms et zoom sur le pôle agroalimentaire de Contres.

par Guillaume Fischer, journaliste

Et si le Loir-et-Cher était l’eldorado de l’agro-alimentaire français ?

Vous souhaitez entamer ou poursuivre une carrière dans l’agro-alimentaire ? Ne cherchez plus, le Loir-et-Cher constitue un territoire idéal pour réaliser vos ambitions. Appuyés sur une filière riche et diversifiée grâce à la forte empreinte agricole du département, les emplois et les formations qui les accompagnent y sont nombreux dans un contexte de forte demande des entreprises.

La filière agro-alimentaire en Loir-et-Cher

Secteur industriel phare en Loir-et-Cher avec près de 2500 salariés, l’agro-alimentaire propose une gamme de métiers à tous les niveaux de la chaîne de valeur, souvent méconnus.
De la conception de nouvelles recettes et l’achat de matières premières, à l’expédition du produit fini, en passant par le contrôle de la qualité ou du respect de la chaîne du froid, et la maintenance des machines, en Loir-et-Cher les opportunités sont variées et étendues. A l’échelle de la France, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, lui-même originaire du Loir-et-Cher, a récemment parlé de 5 500 emplois à pourvoir dans l’agroalimentaire.

Industrie agroalimentaire - Entreprise St Michel à Contres

Quels métiers à pourvoir dans le département ?

Démarrons par les métiers les moins qualifiés qui n’en sont pas moins essentiels. A côté des opérateurs et des opératrices de production, le secteur recherche également des conducteurs de lignes alimentaires automatisées. Les techniciens de maintenance et de logistique sont encore plus prisés. Comme l’explique Christine Pottier, directrice générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Loir-et-Cher, « les métiers d’ouvriers qualifiés sur les machines et de techniciens sont en forte tension dans l’agro-alimentaire. Les offres d’emplois non pourvues sont très importantes à ces deux niveaux de compétence ».

Du côté de l’encadrement, les opportunités en Loir-et-Cher concernent d’une part les offres d’emploi d’ingénieurs agro-alimentaires de production-qualité ainsi que dans le domaine de la R&D. Compte tenu de la présence du pôle entrepreneurial innovant Village by CA Food Val de Loire à Contres, les profils d’aromaticiens sont particulièrement courus dans ce périmètre situé entre Blois et Romorantin. Les entreprises locales proposent enfin des emplois d’acheteurs et de chefs de produits marketing. Si la plupart des offres sont référencées au sein de l’antenne départementale de France Travail, les données de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Loir-et-Cher et de l’Association Régionale des Entreprises Alimentaires (AREA) Centre Val de Loire sont une mine pour les candidats primo-accédants et en reconversion dans l’agro-alimentaire.

Les formations proposées pour accéder aux métiers agro-alimentaires

Sur le département du Loir-et-Cher

L’agro-alimentaire constitue une filière d’avenir, avec un objectif hautement recommandable : mieux nourrir les humains dans le respect des ressources de la planète.

Pour épouser cette mission valorisante, voici les formations les plus adaptées. Dans le Loir-et-Cher, deux établissements forment aux métiers de l’agro-alimentaire à un niveau BTS (Bac +2). Il s’agit du lycée agricole d’Areines, à proximité de Vendôme, qui propose un BTS Anabiotech. Une porte d’entrée pour les futurs techniciens et techniciennes de laboratoires alimentaires. On n’en compte pas moins d’une dizaine dans le département ! Le lycée Augustin Thierry de Blois a quant à lui deux cordes à son arc pédagogique avec un BTSA Maintenance des systèmes de production ainsi qu’un BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques.

Les formations en région Centre Val de Loire

Le panel de formation est évidemment plus large lorsqu’on agrandit son champ de recherche : dépassons légèrement les frontières du Loir-et-Cher tout en restant en région Centre Val de Loire. En Eure-et-Loir, le lycée Maurice Violette de Dreux, et le Lycée de la Saussaye à Sours près de Chartres, permettent chacun d’obtenir un bac professionnel Bio-industries de transformation. Au niveau Bac +2, le lycée de la Saussaye dispense aussi un BTS Qualité, alimentation, innovation et maîtrise sanitaire (BioQUALIM) quand le lycée Rotrou, situé à Dreux, propose un BTS Bioqualité.

L’enseignement supérieur est aussi bien représenté dans la région avec des formations de niveau ingénieur. Outre la licence professionnelle Industries agro-alimentaires, l’université de Tours forme également aux deux masters Durabilité et Qualité dans les filières de productions ainsi que Sensoriel et innovation, très appréciés localement par la filière. Enfin, la faculté d’Orléans complète le tableau grâce à son master Sciences du vivant.

Le second pôle agroalimentaire de la région Centre Val de Loire

Deuxième département agro-alimentaire de la région, le Loir-et-Cher compte près soixante entreprises de toutes tailles, spécialisées sur le secteur. Parmi elles, des grands noms comme la chocolaterie Poulain (elle est née à Blois il y a 175 ans) et la biscuiterie St Michel, qui possède sur place l’usine de biscuits moelleux (c’est ici que sont produites les délicieuses madeleines), son siège ainsi que l’un des Ateliers-boutique de la marque. La société recrute actuellement 25 salariés, opérateurs, techniciens et qualitologues. Le légumier d’Aucy ou encore le fabricant de fromages Bel (Kiri, Babybel…) possèdent aussi un site de production en Loir-et-Cher.

CPK-Prod-Poulain-©CPK-Production

Concernant les enseignes moins connues, le fabricant français de cornichons et de Pickles Reitzel vient de relocaliser une partie de sa production, d’Inde dans le Loir et Cher. Une stratégie méritoire pour l’environnement et l’emploi. Le groupe Marco Polo, leader français du sushi implanté à Contres, cherche quant à lui à embaucher une vingtaine d’opérateurs en environnement froid.

Contres, locomotive de la filière agro-alimentaire en Loir-et-Cher

Contres, justement, c’est un peu l’épicentre agro-alimentaire du territoire, avec le dispositif Village by CA Food Val de Loire. Créé dès 2008 à partir du constat que, malgré sa forte présence agricole, le territoire du Centre Val de Loire manquait d’activités de transformation, il a littéralement boosté l’activité l’agro-alimentaire en Loir et Cher.

Village by CA Food Val de Loire s’articule d’une part autour d’un incubateur de start up et d’un agroparc réunissant des entreprises industrielles, artisanales et tertiaires de l’agroalimentaire. D’autre part, un réseau de 200 entreprises, situées dans toute la région, a pour objectif de favoriser les échanges et l’émergence de projets collaboratifs au sein de la filière. Au crédit de Food Val de Loire, passé en 2021 sous la houlette du Crédit agricole en tant que Village By CA, plusieurs Success stories. Parmi elles, NBread, spécialisé dans les produits alimentaires innovants, est né en Loir-et-Cher, à l’instar de Comme des papas. La start up, rachetée il y a un an par Ansamble, filiale du groupe de de restauration collective Elio , escompte devenir à moyen terme le leader hexagonal du Baby Food bio.

production-(3)-©INWE-Food

Poursuivre sur l’agriculture, découvrir nos services d’accompagnement des nouveaux arrivants… pour aller plus loin

Et pour nous contacter, c’est ici !

Restez informés !

Inscrivez-vous pour recevoir les infos #fiersduloiretcher !

Et d’ici-là, rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux Linkedin, Facebook et Instagram.